Réflexion

Des objets disparates, aussi dissemblables qu’ un morceau de pneu et une algue marine, qu’ une bouteille de verre et un squelette d’ oiseau, promis à ne jamais  croiser leurs destins; tous baptisés pourtant par la mer et le naufrage et poussés par d’ obscures conjonctions sous mes pas de racleur d’ estran.

Les voilà rassemblés, de plusieurs ne faisant qu’un, sujet vivant, unique, en mouvement et porteur d’ histoires; une histoire  différente pour chacun.

 

Tableau 2

La déesse de la baie de douarnenez

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s